mardi 18 décembre 2012

21 décembre - Solstice d'hiver - Yule - Sabbat




Le solstice est un évènement astronomique qui se produit lorsque la position apparente du Soleil vu de la Terre atteint son extrême méridional ou septentrional.

Le solstice d'hiver (selon le calendrier grégorien) a lieu cette année le 21 décembre à 11h11:37

La fête du Yule marque la première journée de l’hiver, la nuit la plus longue de l’année, et donc, la naissance du soleil nouveau qui illuminera la Terre pour l'année prochaine. Les jours s'allongeront.

Yule est un mot scandinave utilisé dans les régions germaniques, pour indiquer la période de noël. C’est l’un des huit Sabbats fêté par les Wiccans, car il correspond au solstice de l’hiver.

Les peuples ayant toujours vécus au rythme des saisons,  dans presque toutes les cultures et les religions, le solstice d’hiver marque l’ouverture de festivités plus ou moins longues. Au Moyen-Âge, elles duraient une douzaine de jours ; chez les Romains, les saturnales s’échelonnaient sur une période de sept jours.

Une des plantes associées à la fête du Yule, est le gui, plante sacrée des Druides qui le coupaient avec une serpe de cuivre, sertie dans un manche en forme de corne de cerf. Cette tradition semble provenir de la Grèce antique où le gui représentait les organes génitaux de Zeus, et ses petits fruits blancs, des gouttes de sperme.

Une autre tradition voulait que l’on suspende des offrandes aux dieux et des représentations de la Lune et du Soleil, dans un conifère. Dans les temps anciens, on échangeait des cadeaux pendant cette période.

Afin de décorer votre autel pour Yule, vous déposerez du gui et du houx, des branches de conifères, sapin, pin, épicéa, et une chandelle représentant le père Noël. Des petits cadeaux enrubannés et des fleurs blanches et rouges, poinsettias et roses donneront un air de fête à votre autel.

Les déités à célébrer sont :
- Lucina : déesse romaine des mystères de la Lune.
- Attis : dieu de la fertilité.
- Dionysos : dieu grec du vin et des libations.
- Woden : dieu germanique

Je vous suggère d'effectuer un petit rituel afin de célébrer ce sabbat important.

Tout d'abord, décorez votre maison naturellement, vos éventuelles décorations de Noël font l'affaire, mais accentuez le côté "nature" avec du gui, du houx, des branches de conifères, des pommes de pin, etc...

Dans un coin libre de votre pièce principale, délimitez un petit cercle avec des branches, des rameaux, du laurier, des fleurs, etc...

Allumez deux bougies brunes ou jaunes, les blanches peuvent aussi convenir si vous n'avez que celles-là.

Placez-vous face aux bougies et dites :

"Déesse Lune je te salue,
 Unissons-nous pour ce sabbat.
 L'obscurité s'estompe,
 La lumière renaît.

 Soleil nouveau, ton retour
 De bougies et de plantes est honoré.
 Irradie-moi de ta lumière.
 Pour un rite en ton honneur.
 Je prie devant la déesse lune,
 Afin que Mère nature et terre fertile
 Se nourrissent de tes bienfaits."


Sabbat pour le Solstice d'Hiver d'après "Le Livre des Ombres" de Gérald Gardner

Former le cercle de la manière usuelle, en invoquant les Puissants.

Le Chaudron de Cerridwen est placé dans le cercle au sud, entouré de houx, de lierre et de gui, avec un feu allumé à l’intérieur. Il n’y aura aucune autre lumière, à l’exception des chandelles sur l’autel et autour du cercle.

Ensuite, tous sont purifiés, on fera descendre la Lune.

Puis la Grande Prêtresse attend derrière le Chaudron dans la position du pentacle, symbole de renaissance sur soleil. Les gens, homme et femme alternés, se tiennent en rond dans le cercle. Le Mage se tient face à la Grande Prêtresse avec un paquet de torches, ou bougies, et le livre des mots de l’incantation. Un des officiants se tient à côté de lui avec un bougie allumée, pour qu’il ait de la lumière pour lire.

Les gens commencent à tourner doucement dans le cercle, dans le sens de la marche du soleil (sens des aiguilles d’une montre). Tandis que chacun passe devant lui, le Mage leur allume une bougie ou torche avec le feu du chaudron, qui peut simplement être celui d’une chandelle, et ce jusqu’à ce qu’ils aient tous une bougie ou torche allumée. Puis les gens danse en rond doucement alors qu’il lit l’incantation. (Un véritable feu devra maintenant être allumé dans le Chaudron.)

« Reine de la Lune, Reine du Soleil, Reine des Cieux, Reine des Etoiles.
Reine des Eaux, Reine de la Terre. Qui nous a donné l’enfant de promesse :
C’est ma Grande Mère qui lui à donner naissance, Il est le Seigneur de la Vie, qui est né à nouveau, Obscurité et larmes sont laissées derrière, Et l’étoile guide se lève tôt.
Soleil d’Or des collines et montagnes illumine le pays, illumine le monde, illumine les mers, illumine les rivières,
Le Chagrin est dissipé, et la joie éclate.
Bénie soit la Grande Mère, Sans début, sans fin, pour l'Eternelle, Pour l’éternité, I O. Evohé, Sois bénie. »

La danse commence doucement, en rythme avec le chant, tous reprennent l’appel :
« I. O. Sois Bénie. »
La Prêtresse rejoint la danse et les conduit à un rythme plus rapide. Le chaudron dans lequel le feu brûle est poussé pour que les danseurs sautent ou passent par-dessus, en couple. Tout couple qui passe au-dessus du chaudron alors qu’ils se fréquentent, sera bien purifié, trois fois chacun et pourra exécuté tout gage amusant que la Grande Prêtresse pourra ordonné. Parfois le chaudron est rallumé plusieurs fois dans ce but. (Gerald Gardner)